Aujourd’hui, tout le monde sait que Facebook adore récolter les données personnelles de ses utilisateurs. Nom, âge, adresse, employeur, lieu de vacances, et on en passe : le réseau social semble avoir un appétit insatiable pour nos informations. Facebook a même laissé fuir les données d’au moins 87 millions de personnes. Mais ce n’est pas tout : récemment, il a été révélé que le géant américain a payé des utilisateurs âgés de 13 à 35 ans pour qu’ils installent sur leur smartphone une application de VPN chargée de recueillir toutes les données possibles.

Le VPN de Facebook recueille toutes vos données

Quand vous téléchargez le VPN “Facebook Research” (que l’on appelle parfois “Projet Atlas”), l’application vous demande d’installer un “certificat d’accès root”. Si vous le faites, vous autorisez Facebook à accéder de façon quasi-illimitée à votre smartphone. En échange, Facebook vous offre 20 dollars par mois sous forme de cartes cadeaux. Un VPN est censé protéger vos informations et vous permettre de rester anonyme en ligne. Toutefois, l’application VPN Research de Facebook fait tout l’inverse. Elle récolterait plusieurs types d’informations :

  • votre nom, numéro de téléphone et adresse email
  • les applications que vous avez installées, et la façon dont vous les utilisez
  • votre opérateur téléphonique
  • la marque et le système d’exploitation de votre téléphone
  • votre localisation
  • la quantité de données que vous utilisez
  • votre historique de navigation
  • tous vos emails et messages, y compris les photos et vidéos que vous avez envoyées
  • votre adresse IP

Facebook a même demandé aux utilisateurs de l’application de faire des captures d’écran de leur historique d’achat Amazon. Si Facebook récolte toutes ces informations, c’est bien entendu pour les vendre à d’autres sociétés. Celles-ci s’en servent pour personnaliser leurs publicités de façon à cibler certains groupes d’utilisateurs.

Une application bannie de l’App Store

Le site d’information américain TechCrunch a dévoilé tout ce que Projet Atlas avait à cacher. Il semble que Facebook a délibérément essayé d’éviter le système de test d’Apple. Comme l’application contrevient aux règles d’Apple, Facebook a utilisé le système de distribution qu’Apple réserve à ses employés pour contourner l’App Store. Quelques heures après la publication de l’article de TechCrunch, Apple a banni l’application, avant que Facebook ne puisse la retirer. L’application est cependant toujours disponible sur Android. Elle continuera donc à recueillir les données personnelles de milliers de personnes.

Des VPN de confiance

Un VPN devrait protéger vos données et vous permettre surfer anonymement sur le web. Même si l’application Research de Facebook fait tout l’inverse, il existe de nombreux VPN honnêtes. Si vous recherchez un VPN de confiance pour préserver votre confidentialité, cliquez ici pour découvrir nos 10 VPN favoris !